EXTRAIT 1: T'aime les bananes ?

Scène 3 (Adrien, Benoît, Alice, les figurants) - La maison d'Alice et Théo.

 

                Le(La) conteur(euse) entre.

                                                                                        Le(La) conteur(euse):

- Alice reste seule. Les mauvais garçons, Adrien et Benoît, vont se retrouver chez elle. Elle les chassera à coups de balai...,

 

                                                                                      Le groupe des figurants:

- (Tous ensemble) Bien fait !

                                                                                       Le(La) conteur(euse):

- ...mais Benoît a vu les bananes sur le mur.

 

                Le(La) conteur(euse) quitte l'espace scénique.

                Adrien et Benoît entrent.

                                                                                                 Adrien :

- Salut, Alice !

                                                                                 Alice (toujours assise):

- Salut !

 

                Benoît examine la scène. Il ne suit pas la conversation.

                                                                                                 Adrien :

- Tu vas bien ?

                                                                                                 Alice :

- Seulement quand je parle à des gens polis.

                                                                                                Adrien :

- Je t’ai dit : « Salut ! ».

                                                                                               

                                                                                                Alice :

- Toi, oui ! Mais l’autre cornichon, non !

                                                                                                Adrien :

- (à Benoît) Hé ! L’autre cornichon !

 

                Benoît ne réagit pas. Il continue à examiner les murs.

 

                                                                                                Alice :

- Qu’est-ce que je disais ! Un cornichon fini !

                                                                                               Adrien :

- (à Benoît) Hé ! L’autre cornichon fini !

 

                Benoît s'approche d'Adrien.

 

                                                                                               Benoît :

- Tu m'as appelé ?

                                                                                               Adrien:

- Y a-t-il un autre cornichon fini, ici ?

                                                                                               Benoît:

- Il y a toi, mais tu ne vas pas te parler à toi-même.

 

                                                                                               Adrien:

- Dis bonjour à Alice !

                                                                                                Benoît:

- Maintenant ?

                                                                                                Adrien:

- Oui ! Maintenant ! Tout de suite !

                                                                                                Benoît:

- Tu es sûr que tu vas bien ?

 

                Adrien fait un geste menaçant.

                                                                                                Benoît:

- Au revoir, Alice.

                                                                                                Adrien:

- Bonjour, pas "au revoir" !

                                                                                                Benoît:

- Depuis le temps qu'on est là, il me semblait...

 

                Autre geste menaçant d'Adrien.

                                                                                                Benoît:

- Bon, bon... Bonjour, Alice !

                                                                                                 Alice:

- Tout arrive. Salut, Benoît.

                                                                                                 Adrien:

- (à Alice) Alice, aimes-tu les bananes ?

                                                                                             Un figurant:

- Hé ! Le cornichon fini a vu les bananes.

                                                                                     Un deuxième figurant:

- Tais-toi ! L'autre ne les a pas remarquées.

 

                Benoît, qui a vu les bananes, fait des gestes désespérés pour attirer l'attention d'Adrien sur elles, pendues contre le mur.

                                                                                                    Alice:

- Pourquoi me demandes-tu si j'aime les bananes ?

 

                Même jeu de Benoît.

                                                                                                 Adrien:

- Pour dire quelque chose.

 

                Alice se lève, va prendre un balai et revient vers Adrien menaçante.

 

                                                                                                    Alice:

- J'ai l'impression que mon balai a une furieuse envie de tâter ton crâne.

                                                                                               

                                                                                               Un figurant:

- Ouais ! Vas-y ! Sur le caisson.

                                                                                  Le groupe des figurants:

- (tous ensemble) Oui, oui, oui, pan !

                                                                                                   Adrien:

- (inquiet) Je n'ai pas peur d'une fille.

 

                                                                                                     Alice:

- On dit "UN" balai... masculin.

 

                                                                                                    Benoît:

- (n'y tenant plus) Adrien ! Les ba... les baba... !

 

                Adrien regarde le mur et aperçoit les bananes. Il s'avance pour les prendre, mais il est arrêté par le balai d'Alice.

                                   

                                                                                                     Alice:

- Benoît avait raison... Au revoir !

 

                                                                                                    Adrien:

- Tu crois que tu m'impressionnes ?

                                                                                                      Alice:

- Moi, non... mais le balai, oui.

 

                                                                                                     Benoît:

- Adrien !

 

                Adrien se tourne vers Benoît.

                                                                                                      Adrien:

- Quoi ?

 

                Alice donne un coup de balai dans les fesses d'Adrien.

                                                                                      Le groupe des figurants:

- (tous à la fois) Et paf !... Sur le derrière !... Encore !... Plus fort !

 

                Alice menace Benoît. Les deux frères cèdent et sortent en courant.

 

Distribution complètement modulable

de 9 garçons et 7 filles, plus des figurants qui interviennent peu

à 4 garçons (ou filles)  et 3 filles (ou garçons). Voir détails dans "Commentaires"

Trois parties indépendantes

Les intrigues sont très librement inspirées de fabliaux du Moyen Âge de tradition orale.

Générique de "L'Île aux Enfants", version instrumentale. Roger Pouly

DÉCOR ET LIEUX

Les personnages évoluent dans plusieurs lieux.

"T'aimes les bananes ?" La forêt, l'intérieur d'une maison.

"T'as mal où ?" Dans un jardin, à l'intérieur d'une maison.

"T'es malin, toi ?" L'intérieur d'une maison, un marché, le tribunal improvisé.

Il n'est pas envisageable de prévoir autant de décors.

Au fond, on pourra prévoir un rideau noir.

Des sièges pour la mise en scène et quelques accessoires pour suggérer les différents lieux seront placés, entre les scènes, par les figurants.

COMMENTAIRES

Les notes sont destinées aux enfants, d'où leur caractère parfois "simpliste".

"T'aimes les bananes ?" est librement adapté de "Les Trois Larrons", fabliau du Moyen Âge de tradition orale.

"T'as mal où ?" reprend, toujours très librement, l'intrigue du "Vilain Mire", fabliau du Moyen Âge de tradition orale, dont Molière s'est inspiré largement pour son "Médecin malgré lui".

"T'es malin, toi ?" reprend, encore très librement, la trame de "La Farce de Maître Patelin", oeuvre anonyme composée vers 1456-1460 et pour la scène 3, du sketch de Fernand Raynaud. "les Oranges".

PERSONNAGES

Première partie: "T'aime les bananes ?"

- Le(la) conteur(euse)

- Adrien

- Benoît

- Théo

- Alice

- Les figurants

Deuxième partie: "T'as mal où ?"

- Le(la) conteur(euse)

- Julien

- Anthony

- Sandra

- Nathalie

- Yasmine

- Les voisins

Troisième partie: "T'es malin, toi ?"

- Le(la) conteur(euse)

- Jacques

- Hervé

- Kevin

- Léa

- Alexandra

- Héléna

DISTRIBUTION MODULABLE

La distribution est entièrement modulable.

Par exemple, un garçon ou une fille peut jouer un rôle dans chaque partie.

Le conteur est un homme adulte ou une femme ou un adolescent ou un enfant plus à l'aise.

Avec une légère adaptation du texte (masculin-féminin), un certain nombre de personnages peuvent être des garçons ou des filles.

Le nombre des figurants (ou des voisins) peut varier selon les besoins.

EXTRAIT 2: "T'as mal où ?

Scène 6 (Le(La) conteur(euse) brièvement, Julien, Yasmine, Anthony et Nathalie brièvement) - Chez Anthony, Nathalie et Yasmine.

 

                Anthony et Julien sont au fond. Le(La) conteur(euse) entre.

 

                                                                                                   Le(La) conteur(euse):

- (au public) Nous voici à un moment très important. Julien va se trouver en face de la ma­lade Yasmine. Comment va-t-il s'y prendre ? Combien de coups de bâton faudra-t-il ? (Re­gardant à l'extérieur de l'espace scénique) Voici Yasmine, qui a bien mauvaise mine. Elle ne va pas bien. La preuve ? Elle est soutenue par sa soeur Nathalie.

 

                Le(La) conteur(euse) sort. Anthony se précipite pour amener une chaise au centre de l'espace scénique. Yasmine entre,

               soutenue par Nathalie. Anthony court les aider. Pendant la réplique suivante, ils installent Yasmine sur la chaise.

                                                                                                           Un voisin:

- Elle a l'air vraiment malade.

                                                                                                  Un deuxième voisin:

- Même... très malade.

 

                                                                                                               Julien:

- Elle n'a pas l'air bien.

 

                                                                                                             Nathalie:

- (se moquant de Julien) Voilà une remarque intéressante ! Tu comprends tout très vite.

                                                                                                               Julien:

- (à Nathalie et Anthony) Maintenant, vous deux, sortez !

                                                                                                             Anthony:

- D'accord, mais n'oublie pas que ton ami le bâton n'est pas loin.

 

                Nathalie et Anthony sortent. Julien s'approche de Yasmine, qui ne bouge pas du tout, comme si elle dormait les yeux ouverts.

                Pendant la réplique suivante, Yasmine ne réagit absolument pas.

                                                                                                               Julien:

- Salut ! (Un temps) Salut ! (Un temps) Oh ! Je te parle ! (Un temps) Tu es sourde ou tu fais exprès ? (Un temps, au public) Eh bien, on n'est pas sorti de l'auberge. Elle est vraiment, complètement, définitivement sourde. Je n'ai aucune idée de la manière qu'il faut utiliser pour lui déboucher les oreilles. (Un temps, puis se touchant le nez) Et voilà ! Mon rhume des foins qui revient.

 

                Julien éternue fortement plusieurs fois.

                                                                                                             Yasmine:

- (toujours prostrée) À tes souhaits !

 

                                                                                                               Julien:

- Je t'en prie.

 

                Julien éternue à nouveau bruyamment.

                                                                                                            Yasmine:

- Que Dieu te donne bonne santé et bon moral !

 

                                                                                                               Julien:

- Eh bien ! Il va y avoir du travail... (Réalisant soudain) Mais... tu parles !

 

                Yasmine fait "non" de la tête.

                                                                                                          Les voisins:

- (tous ensemble) Menteuse !

 

                                                                                                               Julien:

- (à Yasmine) Comment, non ?

 

                Même geste de Yasmine.

 

                                                                                                         Les voisins:

- (tous ensemble) Hé ! La "re-menteuse" !

 

                                                                                                                Julien:

- (à Yasmine) Quand tu dis "Que Dieu te donne bonne santé et bon moral !", tu parles ou non ?

 

                Yasmine fait un grand oui de la tête.

                                                                                                                Julien:

- Je n'y comprends plus rien... Tu n'es pas muette ?

 

                Non de la tête de Yasmine.

 

                                                                                                                Julien:

- Tu fais semblant ?

 

                Oui de la tête de Yasmine.

                                                                                                                Julien:

- Pourquoi ?

                                                                                                              Yasmine:

- (ne pouvant plus se retenir, parlant très vite, mais de manière compréhensible) J'en avais assez d'être le souffre-douleur d'Anthony et de Nathalie. Yasmine, fais ceci ! Yasmine, fais cela ! Yasmine, va là-bas ! Yasmine, reviens ici ! Yasmine, va te coucher ! Yasmine, lève-toi ! Yasmine, qu'as-tu préparé pour le dîner ? As-tu été en commissions ? As-tu balayé partout ? Yasmine, peux-tu m'apporter un verre d'eau... une banane... un beignet... une pomme, un biscuit, un part de tarte.

 

                Essoufflée, Yasmine se tait. Elle a de la peine à se reprendre.

                                                                                                                 Julien:

- Je comprends pourquoi tu te tais longtemps, si, chaque fois que tu ouvres la bouche, tu parles aussi vite. Mais, pourquoi te laisses-tu faire ?

 

                                                                                                              Yasmine:

- Ils sont plus forts que moi, et puis il y a le... (mimant un long objet).

 

                À chaque question de Julien dans la réplique suivante, Yasmine fait non de la tête.

 

                                                                                                                 Julien:

- Le pain ? La carotte géante ? Le balai ? Le râteau ? L'aspirateur ?... Ah ! Je sais. Le... je l'ai sur le bout de la langue...  Le ba... le bateau... le bassin... (très fier de lui) le bâton.

                                                                                                              Yasmine:

- (se tenant la tête avec ses deux mains) Ouiiii !

                                                                                                            Les voisins:

- (tous ensemble) Ouais ! La bâton !

 

                                                                                                                Julien:

- Tu fais semblant d'être malade pour avoir la paix.

 

                                                                                                              Yasmine:

- Ouiiii !

                                                                                                                Julien:

- Il faut résoudre ce problème, mais que faire ?

 

                                                                                                             Yasmine:

- Je ne sais pas.

                                                                                                                Julien:

- (comme si les idées arrivaient en cascade) J'ai une idée... non... deux idées... non... trois idées.

 

                                                                                                             Yasmine:

- Quand tu réfléchis, ça fonctionne rudement bien.

 

                                                                                                               Julien:

- Normal ! Je suis un garçon.

 

                                                                                                             Yasmine:

- Pffft !... Alors, ces idées ?

                                                                                                               Julien:

- Un, je dis à Nathalie et Anthony que je peux te guérir, sauf si... sauf si je reçois des coups de bâton et qu'après, je pourrai rentrer chez moi.

                                                                                                             Yasmine:

- Deux ?

 

                                                                                                              Julien:

- Je te guéris.

                                                                                                             Yasmine:

- Comment ?

                                                                                                              Julien:

- N'importe comment, puisque tu n'es pas malade.

 

                                                                                                            Yasmine:

- Pas avec des piqûres ? Je déteste les piqûres.

                                                                                                              Julien:

- Mais non ! (Au public) Elle est en bonne santé physique, par contre son cerveau ne fonctionne pas très vite. (À Yasmine, très lentement, en détachant les mots) Puisque tu n'es pas malade !

 

                                                                                                            Yasmine:

- Ouf ! J'ai eu peur. Et trois...

 

                                                                                                              Julien:

- Je rentre chez moi !... Reste tranquille, je vais chercher Nathalie et Anthony.

 

                Julien quitte l'espace scénique en courant.

 

                                                                                                           Yasmine:

- J'espère que tout se passera bien, que Nathalie sera plus gentille et Anthony moins violent.

EXTRAIT 3 : "T'es malin, toi ?"

Scène 5 (Le(La) conteur(euse), Léa, Jacques, Kevin, Hervé, les figurants)

Chez Léa et Jacques.

 

                Le(La) conteur(euse) entre.

                                                                                                          Le(La) conteur(euse):

- (au public) Vous pensez bien que Kevin n'ose pas parler du cadeau, le T-Shirt, que Jacques est censé offrir à Léa. Il n'y aurait plus de surprise. On ne sait pas très bien comment ils vont s'en sortir. Heureusement, ce fripon d'Hervé n'est pas loin. Il est capable d'inventer n'importe quelle histoire, même la plus farfelue. C'est ce qu'il va faire, en prétendant que Jacques est très malade.

 

                Le(La) conteur(euse) quitte l'espace scénique. Hervé entre en courant.

 

                                                                                                                    Hervé:

- (très excité) Jacques, mon ami ! Que fais-tu debout, malade comme tu es ?

 

                                                                                                                  Jacques:

- Je ne suis pas malade.

                                                                                                                    Hervé:

- (à Léa) Il délire de nouveau.

 

                                                                                                                      Léa:

- Pourquoi dis-tu ça ?

 

                Hervé fait un signe à Léa pour lui faire comprendre qu'elle doit entrer dans l'histoire. Il montre aussi Kevin discrètement.

 

                                                                                                                      Léa:

- (jouant très mal) Ah... oui ! Il est malade...

 

                                                                                                                   Jacques:

- Je ne suis pas...

 

                                                                                                                     Hervé:

- Léa ! Dans l'état où il est, il devrait être au lit. Va au moins lui chercher une chaise.

 

                Léa sort en courant et revient avec une chaise pendant les répliques suivantes.

 

                                                                                                                     Kevin:

- (pas du tout rassuré) De quoi souffre-t-il ?

 

                                                                                                                    Hervé:

- De... d'une... d'un rhume dermatologique.

 

                                                                                                              Un figurant:

- C'est quoi, un rhume der... machin ?

                                                                                                     Un deuxième figurant:

- Je sais ! Derma... chose,... de la peau.

                                                                                                     Un troisième figurant:

- Donc, un rhume der... machin, c'est quand la peau éternue.

                                                                                                        Tous les figurants:

- (en éternuant) Exact !

 

                Hervé et Léa installent Jacques sur la chaise. Il se retrouve presque couché.

 

                                                                                                                   Hervé:

- (à Jacques, chuchotant, mais de manière à ce que le public entende) Tu es affreusement malade. Tu ne sais plus ce que tu dis... Ne discute pas ! Obéis, sinon tu ne te débarrasseras pas de Kevin.

                                                                                                                 Jacques:

- (comme s'il ne voyait pas bien) Qui c'est, celui-là ?

 

                                                                                                                   Hervé:

- Le bon Kevin.

                                                                                                                 Jacques:

- (toujours comme s'il délirait) Un vrai chameau anglais ?

 

                                                                                                                    Kevin:

- Hé, ho ! S'il te plaît !

 

                                                                                                                   Hervé:

- Pas tout à fait, il est...

 

                                                                                                                  Jacques:

- Mon bon docteur !

 

                                                                                                                    Kevin:

- Je ne suis pas...

                                                                                                                  Jacques:

- Soigne-moi vite !

 

                Les figurants se lèvent et font, tous en même temps, le signe de l'index sur la tempe pour montrer que Jacques est fou.

 

                                                                                                                     Kevin:

- (à Léa) Est-il contagieux ?

 

                                                                                                                      Léa:

- Ouh, la, la ! Très contagieux, extrêmement contagieux !

 

                                                                                                                 Jacques:

- (à Kevin) Viens, mon bon docteur !... Approche-toi, que je t'embrasse !

 

                Épouvanté, Kevin recule.

                                                                                                                     Léa:

- Tu ne peux pas le contrarier... dans son état.

 

                                                                                                                    Kevin:

- Si, si, si ! Je peux. J'y arrive très bien.

 

                                                                                                                    Hervé:

- (à Kevin) N'aie pas peur ! Le rhum dermatologique n'est pas si grave. L'embêtant, ce sont les spasmes.

 

                                                                                                                    Kevin:

- Les spasmes ?

 

                                                                                                                      Léa:

- On est secoué de partout, on se tape la tête contre les murs. On danse le Lindy hop jusqu'à tomber par terre d'épuisement.

 

                                                                                                                    Kevin:

- Quelle horreur !

 

                Le groupe des figurants se lève et traverse l'espace scénique en cortège, en se secouant et en émettant bruits et glous- 

                sements. Kevin les suit à la dernière place en se secouant aussi.

 

                                                                                                                     Léa:

- Tu vois ! Ça commence.

 

                                                                                                                  Jacques:

- (à Léa) Comment peut-il être atteint d'une maladie qui n'existe pas ?

 

                                                                                                                   Hervé:

- (montrant sa tête) C'est là !

 

                                                                                                                   Kevin:

- (tout en se secouant) Je crois que vais vite aller chez le médecin.

 

                                                                                                                   Hervé:

- Excellente idée ! Quand tu en seras sorti, même s'il dit que tu n'as rien, reste chez toi pour te reposer au moins quinze jours.

 

                                                                                                                   Kevin:

- Merci pour le conseil, j'y cours.

 

                Kevin sort en courant.

                                                                                                                     Léa:

- Nous l'avons bien eu.

 

                                                                                                            Les figurants:

- (tous ensemble) Nous aussi !

 

                                                                                                                  Hervé:

- Ça lui apprendra à aimer l'argent par-dessus tout.

 

                                                                                                                Jacques:

- En tout cas, ce n'est pas le plus intelligent du monde.

 

                                                                                                   Le groupe des figurants:

- (tous en ensemble) On le sait ! Le plus intelligent, c'est toi.

 

                                                                                                                Jacques:

- (très fier) Ce n'est pas moi qui l'ai dit.

 

                                                                                                                  Hervé:

- Tout ça m'a fatigué. Je vais aller faire un tour.

 

                Hervé quitte l'espace scénique. Jacques et Léa reculent et bavardent en silence.

 

T'AS QUOI, TOI ?

pour enfants et adolescents

SYNOPSIS

Au début de chaque scène, le(la) conteur(euse) explique ce qui va se passer pour aider à la compréhension des enfants du public.

 

T'aime les bananes, toi ?

Adrien, Benoît et Théo sont fatigués de chercher quelque chose à chaparder pour calmer leur faim.

Ils se disputent un peu. Ils découvrent les quatre ba­nanes pendues à une branche d'arbre.

Théo envoie Adrien et Benoît boire à la rivière toute proche. Dès que les deux frères sont partis, il attrape les bananes et s'enfuit avec son butin.

Théo et Alice, sa soeur, se retrouvent chez eux.

Théo est très fier de ses bananes. Alice veut les garder pour le dessert du prochain repas. Théo tente de la convaincre de les manger tout de suite. Il n'y par­vient pas.

Alice lui donne l'ordre de pendre les bananes contre un mur.

Adrien et Benoît surgissent chez Alice. Elle les prend de haut. Elle les chasse avec un balai, mais Benoît a repé­ré les bananes pendues contre le mur. Ils s'enfuient.

Théo revient. Alice pense que les deux larrons ont vu les bananes et propose de les cacher derrière un rideau. Ils vont vaquer à leurs occupations.

Adrien et Benoît reviennent pour voler les bananes. Elles ont disparu. Ils repartent à l'arrivée d'Alice pour évi­ter les coups de balai.

Alice est seule. Adrien entre en se cachant. Il essaie d'imiter la voix de Théo et y parvient à peu près. Trompée, Alice montre involontairement la cachette. Adrien lui conseille d'aller nour­rir les poules. À peine est-elle partie, qu'il vole les ba­nanes.

Alice découvre que les bananes ont disparu. Théo part en courant. Quand il revient, il a les bananes. Il ra­conte qu'Adrien est tombé en courant. Théo a pu ré­cupérer les bananes. Alice et Théo décident de dres­ser une jolie table pour manger enfin ces bananes.

Adrien et Benoît reviennent furieux. Ils menacent Alice et Théo. Ces derniers ne se laissent pas faire. Alice se fâche et prend la situation en main. Elle réconcilie tout le monde. Ils mangent chacun une banane avec dé­lice.

 

T'as mal où ?

Julien montre son mauvais caractère. Il va frapper Sandra. Elle s'enfuit, il la poursuit.

Nathalie et Anthony parlent de leur soeur Yasmine qui a de nombreuses maladies. Les mé­decins ne pouvant rien y faire, ils cherchent un guéris­seur.

Sandra a été battue par Julien. Elle pense à se venger quand elle rencontre Nathalie et Anthony. Sandra leur fait croire qu'elle connaît le meilleur guérisseur, mais qu'il n'accepte de l'admettre que si on lui donne des coups de bâton.

Anthony traite Julien comme un savant. Celui-ci refuse d'aller soigner Yasmine. Anthony essaie de le convaincre à coups de bâton. Nathalie et Anthony emmènent de force Julien pour aller soigner Yasmine.

Chez Nathalie, Anthony et Yasmine. Julien com­mence par se rebiffer, mais, au premier coup de bâton, il se fait plus docile.

Anthony et Nathalie laissent Yasmine seule avec Julien. Elle ne réagit absolument pas. Soudain distraite, elle dit quelques mots. Elle avoue être une simulatrice pour se défendre d'être le souffre-douleur de son frère et de sa soeur.

Julien élabore un plan pour s'en sortir. Yasmine est d'accord.

Nathalie et Anthony sont ravis de la guérison miraculeuse de leur soeur, mais, lorsque Julien demande comme récompense, de rentrer chez lui, Anthony lui annonce que tous les voisins veulent aussi être soignés. Yasmine prend les choses en main. Oui, Julien va guérir les voisins, mais ensuite, il pourra rentrer chez lui.

Sandra commence à regretter le mauvais tour qu'elle a joué à son cousin.

Julien revient. Ils se réconcilient.

 

T'es malin, toi ?

Léa et Jacques n'ont plus d'argent. Léa a besoin d'un T-Shirt. Jacques s'avère très prétentieux et dépensier.

Hervé, un ami de Jacques, pas très honnête, propose de fournir le T-Shirt. Le vendeur viendra chercher l'argent chez Jacques.

Kevin, le vendeur d'habits d'occasion, harangue les passants. Hervé parvient à endormir sa méfiance et il lui propose un marché: Kevin fournit le T-Shirt et il se fera payer plus tard par Jacques.

Kevin se rend chez Léa et Kevin. Il réclame son argent.

Hervé intervient et fait comprendre à Jacques qu'il doit faire semblant d'être malade. Léa finit par comprendre le stratagème. Elle fait croire à Kevin que Jacques est très contagieux. Paniqué, Kevin s'enfuit.

Kevin, qui veut récupérer l'équivalent de son argent, imagine de le réclamer à Héléna. Elle l'aurait trompé sur la qualité d'une laine. Alexandra fera office de juge et le groupe des figurants jouera le rôle de jury.

Héléna part chercher un avocat.

Héléna choisit Jacques comme avocat. Il accepte contre un salaire et lui conseille de "faire la bête" et de répondre "bê-bê-bê, si quelqu'un lui pose une question.

Héléna joue très bien son rôle. Grâce à des arguments tirés par les cheveux, Jacques réussit à convaincre Alexandra et le jury qu'Héléna est innocente.

Héléna doit venir chez Léa et Jacques pour lui payer ses honoraires. En l'attendant, le frère et la soeur se réjouissent du bon tour qu'ils ont joué à Kevin.

À l'arrivée d'Héléna, Jacques lui réclame l'argent. Héléna répond en bêlant.