QUI SUIS-JE... ET VOUS ?

3 hommes, 5 femmes

Distribution complètement modulable

Un metteur en scène qui a de gros problèmes avec la technique, des personnages qui se rencontrent par hasard sans savoir s’ils se connaissent ou non, on passe de la sagesse à l’absurde, de la logique au farfelu, du burlesque au prétendument sérieux.

 

« Qui suis-je… et vous ? » aux fausses allures de comédie musicale, enchaîne les face-à-face improbables entre (toujours par deux) des femmes d’affaires, des gens venus d’ailleurs, des pensionnaires d’asile psychiatrique, des tenants de politiques bien marquées, des inventeurs saugrenus, des ménagères de plus de cinquante ans, des enfants surdoués (joués par des adultes), un sportif et l’autre qui l’est moins, des personnages qui ne savent plus qui ils sont.

La dernière partie tente de démontrer l’absurdité d’un conte de fée célèbre en le racontant successivement en quatre langues approximatives (que le public comprend parfaitement).

Le metteur en scène rencontre de nombreux problèmes avec les régisseurs son et lu­mières, avec les comédiens et une Yorkshire mal embouchée.

 

Dans chaque sketch, deux personnages, qui apparemment ne se connaissent pas, se croisent s’arrêtent et commencent une conversation.

 

  1. Femmes d’affaires : Deux femmes d’affaires échangent leurs expériences épuisantes, notamment lors de voyages professionnels ou de problèmes domestiques.
     

  2. L’Espace-Temps : Ils commencent une conversation étrange et se retrouvent « venus » d’ailleurs.
     

  3. À l’asile : Deux pensionnaires d’un asile confrontent leurs difficultés à se reconnaître eux-mêmes. Où il s’avère que les fous ne sont pas ceux qu’on croit.
     

  4. Droite, droite ! : Que signifie-t-il être de droite ou de gauche ? Jusqu’où peut aller la fi­délité à certains principes, comme l’appartenance à un tendance politique.
     

  5. Invention : Le génie n’a aucune limite pour un inventeur visionnaire, même quand le produit de son imagination débordante est inutile, voire totalement absurde.
     

  6. L’Antiargent : Comment lutter contre les effets pervers de l’argent ? L’un des deux personnages détient la solution, bien qu’elle puisse paraître farfelue. Quelque chose ne fonctionne pas, mais quoi ?
     

  7. Le Boeuf Miroton : Deux ménagères pressées échangent leurs expériences conjugales et culinaires. Où l’on constate que les deux catégories se ressemblent fichtrement.
     

  8. Les Surdoués : La condition des enfants surdoués n’est pas évidente. Ils sont à la fois très savants et ont les préoccupations courantes des jeunes enfants.
     

  9. Sports d’Hiver : La ridicule n’est pas toujours là où on l’attend, surtout quand se rencontrent deux personnages que tout oppose.
     

  10. Y a quelqu’un ? : Qui suis-je ? Qui êtes-vous ? Et, en fin de compte, suis-je quelqu’un et êtes-vous personne ?
     

  11. Wouarf, wouarf : N’est pas le plus chien celui qu’on croit. Qui a l’esprit le plus vif et le caractère le plus trempé ? Surprise, surprise.

Les quatre sketchs suivants, plus courts, pourraient être réunis sous le titre : « Le Chaperon rouge polyglotte. » L’histoire tronquée est dite par quatre comédiens dans quatre langues successives, évidemment approximatives.

  1. Red-Burburry

  2. Kleine Rotemantel

  3. Cappucietto-Rosso

  4. Riquiqui au Perfecto Rouquignol